Pologne, un pays de couleurs !

pologne ::tourisme

24 mars 2006

Lieu de rendez-vous de grande classe.

Autant le dire tout de suite, j’aime la Pologne et par dessus tout Cracovie et les régions frontalières avec la Slovaquie et l’Ukraine. Zakopane et Les Tatras, les Beskides ou les Bieszczady, Zamosc et Lublin, autant de lieux, d’Histoire et d’atmosphères qui me comblent. Si la balade vous tente, je vous emmène…
Et si vous souhaitez lire, et lire encore, vous pouvez acheter le Guide Vert Pologne. J’ai eu le plaisir d’écrire les textes concernant Kielce, Przemysl, Zamosc, Lancut, Sandomierz, Tarnow, les Beskides Est et Ouest, Zakopane, les Tatras, Bialowieza, Lublin, la Biebrza, Kazimierz Dolny, Byalistok, Sanok et les Bieszczady. (Parution : printemps 2006).
Message personnel !! Merci à Béatrice Brillion et à Elzbieta Janik de m’accorder leur confiance.
Commençons par Cracovie.
PENSEZ A JETER UN OEIL SUR LE PORTFOLIO POLOGNE

Extrait

... Une histoire de corbeaux, de dragon et de planète.
L’histoire aime parfois les pirouettes. C’est ainsi que cette ville enracinée comme aucune dans le catholicisme le plus démonstratif fut décrite pour la première fois vers l’an 965 par un voyageur arabe de Cordoue. Ibrahim ibn-Yaqub louait alors l’activité commerciale. L’origine de Krakow nous fait naviguer avec bonheur entre légendes et réalité. Il fut un temps païen où le corbeau symbolisait la richesse, le commerce. Les souverains qui désiraient régner sur les tribus implantées autour de la Vistule, se devaient de prendre des noms de corbeaux. Ainsi, les Princes devenaient Krak ou Kruk. La chrétienté remplaça les dieux corbeaux, qui furent même chassés et noyés massivement, mais de part son nom la ville demeure toujours sous le signe du ténébreux volatile. Quant au dragon, il est encore plus mystérieux et seuls les grimoires les plus poussiéreux gardent le secret de sa venue. Il paraîtrait qu’un dragon en quête de logis serait venu poser ses ailes dans les cavités du château de Wawel construit par un prince Krak. La terreur et le désespoir remplissaient le cœur des habitants et du souverain car l’animal n’était pas très amical. De valeureux chevaliers s’armèrent de courage, mais la légende dit que : “leurs cadavres et ossements jonchèrent les berges de la Vistule.” Krak s’impatientait et promis sa fille à celui qui saurait libérer le pays du dragon indélicat. C’est alors qu’un chétif cordonnier eut l’idée de remplir de soufre une peau de bête et de la déposer sur le terrain de chasse de l’animal. Evidemment, celui-ci avala le piège goulûment, naturellement il en mourut, bien entendu le chétif cordonnier épousa mademoiselle Krak et devint le meilleur des souverains. Aujourd’hui encore dragons et corbeaux sont légions dans la ville, ils se vendent par milliers en statuettes, en posters ou imprimés sur des tee-shirts. Ibrahim ibn-Yaqub avait bien dit que Krakow était une ville de commerce ! Enfin au registre des grands personnages dont la légende dépasse leur véritable existence, citons Nicolas Copernic. La courageux scientifique osa braver la hiérarchie catholique et affirmer que la terre n’était qu’une planète et qu’elle tournait autour du soleil. Cracovie a vu naître celui qui “osa être sage”...
... Le quartier de Kazimierz n’est qu’à quelques centaines de mètres de Rynek Glówny et du Wawel, pourtant tout un monde les sépare. Les vagues de touristes ne viennent pas jusque là. Ici, seule l’histoire est spectaculaire, pas les monuments. Autrefois habité par les chrétiens, le quartier de Kazimierz fut cédé à la communauté juive par le Roi du même nom en 1325. 60 000 juifs vivaient dans ce quartier sud de Cracovie en 1940. L’engrenage macabre devait les conduire dans l’immense majorité à Belzec, Plaszow et Auschwitz Birkenau. Depuis tout est sombre, délabré comme humidifié par une histoire qui refuserait de sécher. Des cris et des pleurs s’échappent des fenêtres, les escaliers des cours intérieures résonnent encore de cavalcades infernales et les caves abritent encore le souvenir de ceux qui s’y cachèrent souvent en vain. Les vieilles photographies en noir et sang que l’on a vu et revu à la télévision ou les mises en scène cinématographiques, telle la “Liste de Schindler” de Steven Spielberg, sont ici chez elles. Les quelques touristes qui osent franchir les portes de ce quartier sont pour la plupart juifs. Ils franchissent les portes de leur Histoire et de leur mémoire collective. Dans la rue Szeroka, face à la synagogue et au cimetière Rémuh, la culture juive se conjugue à un temps plus léger : des hôtels, des restaurants, des concerts de musiques traditionnels. Un peu d’air frais ! Le soir venu, les établissements Ariel, Alef ou Eden animent leurs terrasses ou leurs caves de concerts. S’échappe alors de chaque fenêtre la sensation irréelle que Kazimierz est pour quelques heures un quartier comme les autres. Pourtant Kazimierz reste un quartier modeste, comme si l’histoire maintenait sa pression. Sur la Place Nowy, le matin, se tient un petit marché autour d’une halle ronde en briques rouges. Quelques stands de bric et de broc, des paysans étalant leurs légumes sur le sol et un petit restaurant servant de la soupe et des saucisses rappellent que Cracovie ne se résume pas à la Halle aux Draps et au Château de Wawel…
PENSEZ A JETER UN OEIL SUR LE PORTFOLIO POLOGNE

Images
L'autre visage de Cracovie.

L'autre visage de Cracovie. ::

Solitude dans le Planty.

Solitude dans le Planty. ::

A vélo derrière l'église Mariacki.

A vélo derrière l'église Mariacki. ::

Dans le planty, un fleuriste de la Toussaint.

Dans le planty, un fleuriste de la Toussaint. ::

La jeunesse polonaise sur les traces de son histoire, le Wawel.

La jeunesse polonaise sur les traces de son histoire, le Wawel. ::

Obarzanki, le délice à tous les coins de rue.

Obarzanki, le délice à tous les coins de rue. ::

Sous la Halle aux Draps.

Sous la Halle aux Draps. ::

Nouveau costume folklorique ?

Nouveau costume folklorique ? ::

Lieu de rendez-vous de grande classe.

Lieu de rendez-vous de grande classe. ::

Profitons du soleil d'automne.

Profitons du soleil d'automne. ::

La Halle aux Draps

La Halle aux Draps ::

La porte Florian, depuis la Barbacane.

La porte Florian, depuis la Barbacane. ::

Quartier de Kazimierz, le cimetière Remuh.

Quartier de Kazimierz, le cimetière Remuh. ::

Quartier de Kazimierz.

Quartier de Kazimierz. ::

Une place animée à chaque instant.

Une place animée à chaque instant. ::

Eglise des Dominicains, la messe du Festival de jazz.

Eglise des Dominicains, la messe du Festival de jazz. ::

Le Grotesk Teatr.

Le Grotesk Teatr. ::

Ouuuuuups !

Ouuuuuups ! ::

Gdansk, le chantier naval historique.

Gdansk, le chantier naval historique. ::

Gdansk, à la mémoire du Père Popieluszko dans le chantier naval.

Gdansk, à la mémoire du Père Popieluszko dans le chantier naval. ::

Gdansk, l'ambre.

Gdansk, l'ambre. ::

Gdansk, le quartier des galeries d'art et d'antiquité.

Gdansk, le quartier des galeries d'art et d'antiquité. ::

Gdansk, les galeries d'art.

Gdansk, les galeries d'art. ::

Gdansk, la Vierge Noire en ambre.

Gdansk, la Vierge Noire en ambre. ::

Zawoja, dans les Beskides, Festival de Folklore.

Zawoja, dans les Beskides, Festival de Folklore. ::

Zawoja, la messe dominicale.

Zawoja, la messe dominicale. ::

Zawoja, Festival de Folklore.

Zawoja, Festival de Folklore. ::

Sandomierz, détour obligatoire !

Sandomierz, détour obligatoire ! ::

Lancut, que d'histoires dans l'Histoire.

Lancut, que d'histoires dans l'Histoire. ::

Eglises en bois des Bieszczady.

Eglises en bois des Bieszczady. ::

Zakopane, berger dans les Tatras.

Zakopane, berger dans les Tatras. ::

La descente de la rivière Dunajec, dans les Piénines.

La descente de la rivière Dunajec, dans les Piénines. ::

Tarnow, ton sur ton.

Tarnow, ton sur ton. ::

Dans les Piénines, à l'horizon les Tatras, plus loin la Slovaquie.

Dans les Piénines, à l'horizon les Tatras, plus loin la Slovaquie. ::